Cimetières du Mellois



(cimetieresmellois.fr)



MONTALEMBERT

20/01/2019

Jean-Marie DESCHODT (19../2019)




Décret du 2 avril 2010 portant promotion et nomination
Au grade de chevalier

M. Deschodt (Jean-Marie, Oscar, Louis), artisan graphiste décorateur ; 44 ans d'activités professionnelles et de services militaires.





L'un de ses plus grands défits : l'organisation d'une cérémonie mémorielle à MONTALEMBERT

==>>





==>> NR 2019 01 18


==>> NR 2019 01 19





==>> CO 2019 01 19






==>> CO 2019 01 24

La famille de Jean-Marie Deschodt m’a demandé de dire

quelques mots en son souvenir. C’est avec beaucoup

d’émotion que j’ai accepté de parler de Jean-Marie autour

duquel nous sommes réunis aujourd’hui.


J’ai appris à connaitre Jean-Marie en 2014, lors de nos

réunions de la communauté de communes de Cœur du Poitou.

Fraichement élu, il a plongé dans le monde des collectivités

locales, de ses tracas. Discret, il a,au cours des réunions,pu

apprendre rapidement le fonctionnement de nos collectivités.

J’appréciais beaucoup entre autres ses sourires.


Après une maladie qui l’a handicapée, il est revenu avec

toujours l’envie d’être au service de ses concitoyens. Il était

pugnace et sa ténacité était une qualité forte chez lui

.

Je savais que des projets locaux avaient secoué la commune,

et qu’en premier lieu, le maire était visé ou était au centre de

ces débats. Lorsque j’ai appris, vendredi matin, son décès, je

n’ai pas pu m’empêcher de faire le rapprochement.


La mise en place de la stèle en mémoire d’une famille juive,

déportée, le projet d’une commune nouvelle, le projet

d’éoliennes ont ébranlé le village... et le maire.


Comme lui, je porte l’écharpe bleu-blanc-rouge, symbole de la

République. D’autres élus,comme moi, ont fait le choix de

porter cette écharpe aujourd’hui, en guise d’hommage et de

solidarité envers Jean-Marie.


Oui, il peut y avoir du débat. C’est la démocratie.

Oui, on peut nepas être d’accord mais la raison

doit l’emporter.


Nous, les maires, sommes devenus pour beaucoup «les

pushing ball de la République». La critique est facile. Mais

combien osent prendre ces responsabilités lorsqu’il s’agit de

devenir maire ?


Un maire est plus exposé de par sa position de numéro 1 mais

est-il responsable de tout ? Aux yeux de beaucoup, c’est « la

faute du maire » quand quelque chose ne va pas.


Cette pression permanente est devenue une souffrance pour

beaucoup. Nous, les maires, ne demandons pas de

remerciements ; juste le respect de nos personnes pour la

fonction que nous occupons.


Alors qu’il aurait pu rester tranquillement à la retraite, Jean-

Marie a fait le choix, de se présenter en 2014, pour servir sa

commune de cœur, pour servir ses habitants. Il aurait pu choisir

la facilité en ne prenant aucune responsabilité. Mais il a préféré

s’engager.


Durant ces 5 ans, Jean-Marie n’a pas compté son temps.

Durant ces 5 ans, Jean-Marie n’a pas ménagé sa peine.

Durant ces 5 ans, Jean-Marie s’est investi totalement.


Pour que sa commune avance.

Pour sa population.

Pour représenter Montalembert.


Aujourd’hui, je suis triste que Jean-Marie, l’un des nôtres, un

élu de la République nous quitte dans ces circonstances. Je

conserverai en mémoire l’image d’un homme profondément

altruiste, où l’intérêt général passait avant tout, le souvenir d’un

homme qui allait au bout de ses projets.


La stèle installée en octobre 2017, où des polémiques

existaient, est une illustration de la volonté de Jean-Marie

d’aboutir. Il a été une cheville ouvrière dans cette belle

réalisation.

Lors d’un entretien avec un journaliste, voici ce qu’il disait :

« Montalembert est une commune républicaine, il y a donc un

devoir de mémoire à ne pas oublier, surtout en ces temps

troublés que nous vivons en ce moment. Je suis moi-même un

républicain, passionné de l'histoire de France, et lorsque j'ai

découvert la photo du petit Marcel, mort à 10 ans à Auschwitz,

son image a hanté mes nuits... ».


Ces phrases résument parfaitement ce que je disais auparavant.


Jean-Marie, tu as été un élu actif, qui a toujours été de l’avant.

Tu as fait passer souvent la mairie avant tes affaires

personnelles. Tu as servi ta commune avec passion,

abnégation et dévouement.


Tu as été un serviteur de la République impliqué et engagé. Et

cela mérite qu’une seule chose : le respect.


(discours de et dit par Mr MICHELET président de la communauté de commune du mellois en Poitou)

Jean Marie


Notre ami Jean Marie vient de nous quitter après un long combat

après une interminable souffrance.

Pour autant nous garderons de lui le souvenir d’un homme,

intègre, dévoué, et modeste à la fois

Nous garderons aussi l’image d’un visage souriant, généreux, toujours prêt à servir la cause de l’autre.

Dés le début de ton mandat, persuadé de la bonté de tous, tu es devenu très rapidement une cible, et quand les tempêtes se sont abattues sur toi, tu nous recommandais le silence.

Aujourd’hui malgré la révolte qui gronde en nous, nous respecterons ta volonté.

Souviens-toi des moments difficiles ou nous évoquions ces quelques vers grapillés dans l’œuvre du grand poète Louis ARAGON.

En symbole de ton cheminement, Je te les offres une dernière fois.



J’aurais tant voulu vous aider

Vous qui semblez autre moi-même

Mais les mots qu’au vent noir je sème

Qui sait si vous les entendez


J’aurais tant aimé cependant

Gagner pour vous pour moi perdant

Avoir été peut-être utile


C’est un rêve modeste et fou

Il aurait mieux valu le taire

Vous me mettrez avec en terre

Comme une étoile au fond d’un trou


Jean Marie tu n’as pas démérité, tu fus pour nous tous un bon maire

Un maire républicain qui a su prendre ses responsabilités.

Que chacun s’en inspirent


Jean Marie repose en paix.


(élogoge funèbre de et dit par Mr GADIOUX Claude président de l'ANACR de SAUZE VAUSSAIS)







Retour Accueil



Direction les cimetières